loading...

Premiers canons: comment l’avènement de l’histoire de l’art a structuré la compréhension de l’art moderne aux Etats-Unis. Jeux et articulations des formes de consécration.

Description

Dans le domaine de l’art, où le processus central d’évaluation prend la forme de la
composition d’un canon, les institutions sont d’essentiels gardiens du temple. Elles sont
responsables à la fois de la composition du canon et de sa diffusion auprès des publics.
Différents travaux sur l’art et la culture ont mis au jour l’influence de leur fonction
d’évaluation sur la valeur culturelle des œuvres. En revanche, la façon dont ces institutions
développent et adoptent des évaluations communes demeure méconnue. Quels choix
émergent quand ces institutions parviennent à un accord sur des classifications et des critères
de valeur ? Et plus particulièrement, comment les institutions s’unissent-elles autour d’une
nouvelle idéologie pour retenir des œuvres relevant de courants émergents, au sein desquels
les valeurs sont encore indéterminées ? Nous nous proposons de répondre à ces questions en
analysant la façon dont deux institutions légitimantes de premier ordre, le monde académique
et les musées, se sont accordées pour définir ce qu’étaient les artistes modernes. Alors qu’il
est identifié en Europe dès la fin du XIXe siècle, le mouvement de l’art moderne n’apparaît aux
États-Unis que pendant la première moitié du XXe siècle. Nous montrerons que les institutions
légitimantes états-uniennes ont développé un canon de l’art moderne spécifique au monde de
l’art américain. Nous défendrons l’idée que l’évaluation institutionnelle des artistes modernes
est un processus structuré principalement par l’idéologie émergente de l’histoire de l’art, ainsi
que par des intérêts nationaux.

Categories: